L'aventureux destin de l'abbé Prévost (1697-1763)

 

im1

Le romancier connu sous le nom de l'abbé Prévost a gardé, malgré de nombreux travaux d'érudition, bien des pans mystérieux.

La majeure partie de son œuvre  demeure inaccessible.
Il n'existe qu'une seule édition complète de ses romans, aux Presses Universitaires de Genève.  
En revanche, il y a  des centaines d'éditions de Manon Lescaut.

 

Lire la suite...

Les romans de Prévost

 

im1

Tous les romans de Prévost sont des Mémoires et se présentent comme une méditation sur un temps révolu. Ses héros entrent très tôt dans la vie active, vers 15 ou 16 ans. Moins de 10 ans plus tard, ils ont vécu et ne feront plus que réfléchir sur leurs malheurs et s'interroger sur leur brève destinée.

Dans toute son œuvre, il semble marcher à reculons et chercher dans son passé l'origine de sa condition malheureuse.

 

Lire la suite...

Les romans de l'abbé Prévost - Manon Lescaut

1 2
  Les aventures du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, publié en 1732, est le roman le plus célèbre et peut-être le seul vraiment connu de l'abbé Prévost (1663- 1763).
Les amours tumultueuses du Chevalier des Grieux avec l'inconstante Manon fut rapidement édité en édition séparée et à partir du XIX  siècle éclipsa la quasi totalité de son œuvre.
Alors qu'il n'existe qu'une seule édition complète de ses romans, aux Presses Universitaires de Genève, il y a des centaines d'éditions de Manon Lescaut.
 

Lire la suite...

Jacques Cazotte Monsieur Cazotte monte à l'échafaud

1

  Le 25 septembre 1792, place du Carrousel, un homme monte à l’échafaud ; il a 73 ans, mais il semble plus âgé encore, on dirait un grand vieillard, nul ne peut dire  quel crime il a commis ; il est inconnu de la foule qui va contempler son supplice.
Avant de descendre de la charrette, il a retiré ses besicles, les a soigneusement essuyées avant de les ranger dans un boîtier métallique ; sur le banc il a laissé son livre de prières et sa redingote mais il a gardé sa canne pour gravir les marches de l’échafaud.
Avant qu’on ne le pousse sur la planche, il lance un dernier défi :
Je meurs comme j’ai vécu, fidèle à Dieu et à mon roi !

Lire la suite...

Cazotte - Le diable amoureux

  Prêter au diable les traits d’une séduisante créature n’était pas une innovation en littérature mais en jouant ainsi avec le Diable, Cazotte s'était engagé, peut-être sans en avoir clairement conscience, sur le dangereux terrain de l'occultisme.

Mais surtout, en jouant avec subtilité du réalisme et de la fantaisie, il a donné naissance à un genre littéraire appelé à une incroyable fortune le fantastique.
Il fallait que les habitués de certains salons fussent bien obsédés par l'occultisme pour trouver des relents sulfureux dans ce charmant conte à la limite de l'irrévérence.

Lire la suite...

Jean-Jacques ou les vicissitudes de la vertu (1-2)

1

  Jean-Jacques, le musicien, le rêveur, l'écorché, l’insupportable Rousseau, premier penseur de l’indignation : Jean-Jacques  qui chercha la gloire et la dédaigna lorsqu’elle survint, le contempteur des romans qui avec Julie ou la Nouvelle Héloïse  écrivit le premier "best seller" de l’histoire de la littérature romanesque.
L’encyclopédiste en rupture avec ses pairs, le misanthrope ami des hommes. L’homme qui choisit pour devise vitam impendere vero (faire dépendre sa vie de la vérité) et qui confondit souvent, en toute bonne foi "sa" vérité avec la Vérité, si tant est qu’elle existe.

Lire la suite...

Rousseau ou l'impossible justification (1-2)

1

  Depuis la fin de l'année 1757, Jean-Jacques vivait, fort modestement, dans sa maison de Montlouis, sur les hauteurs du village de Montmorency.

C'est là que vinrent jusqu'à lui des Grands de ce monde, des hommes et des femmes de plus haut parage que ceux qu'il avait fréquentés chez Madame d'Epinay.
Il y nouera de fidèles amitiés.

Dans le donjon glacial, alors fort délabré, il achèvera La Nouvelle Héloïse, La lettre sur les spectacles, l'Emile et le Contrat social.

 

Lire la suite...

Rousseau/Diderot - Les frères ennemis (1-2)

1 2
 
Rousseau fit la connaissance de Diderot, peu après son arrivée à Paris, en 1742.

Ils avaient peu près le même âge, fils d'artisans tous les deux, plébéiens; aussi pauvres l’un que l’autre ; le père de Diderot était riche mais il avait coupé les vivres à son fils ; celui de Jean-Jacques avait dilapidé son bien.

Ils se voyaient chaque jour, se promenaient ensemble, rêvaient de leur avenir, jouaient aux échecs au café de La Régence.

 

3
Très vite, une solide amitié les avait unis.

Lire la suite...

Choderlos De Laclos, De la séduction des femmes

 

1

Choderlos de Laclos (par Joseph Ducreux)

 

Laclos a construit l'un des romans les plus intelligents de la littérature universelle.

(Raymond Picard Génie de la littérature française)

 

Avant dire

Ce roman diaboliquement intelligent, Les Liaisons dangereuses, a fait l'objet de nombreux travaux, articles de revues, et ouvrages de critique. Des colloques lui ont été consacrés qui en ont brillamment analysé la complexité ; sans compter les introductions savantes qui accompagnent les nombreuses éditions de ce roman.

Toutes ces études ont nourri et éclairé ma propre réflexion et c'est pourquoi je tiens à souligner ma dette à leur égard.
Choderlos de Laclos est l'auteur d'un unique chef-d'œuvre.

Rien dans sa carrière n'avait préparé ce coup de maître, nul coup d'essai.

 

Il avait 41 ans.

Que sait-on de lui ?

On le connaît mal, car il a très peu livré de lui-même.

Lire la suite...

Le roman gothique anglais 2 : Horace Walpole

 

Horace Walpole (1717- 1797), est l'auteur du premier roman gothique de la littérature anglaise. Aristocrate, comte d'Oxford, il est plus jeune fils de Robert Walpole qui fut premier ministre britannique pendant 20 ans.

Il fit ses études au collège d'Eton, puis à Cambridge. C'est avec le poète Thomas Gray qu'il fit son Grand Tour. C'est ainsi qu'il vint pour la première fois à Paris. C'était un homme cultivé, fin, maniéré, imbu de sa naissance, plein de fantaisie - vraisemblablement homosexuel - orgueilleux en diable, avec un sens aigu des convenances, craignant plus que tout le ridicule. Il était, dit-on, assez bel homme et nous savons par un de ses amis, qu'il avait une très belle voix.

Il parlait parfaitement le français mais avec un léger accent, tout à fait charmant. Il est tout naturellement un homme du monde.

 

 

Lire la suite...

Le roman gothique anglais 3 - Ann Radcliffe

  Avant dire : William Gilpin (1764-1804) et le Pittoresque 
Parmi les nombreux excursionniste qui découvraient la valeur émotionnelle du gothique, William Gilpin, pasteur, aquarelliste, eut une influence déterminante dans les dernières années du siècle.
Il codifia le regard porté sur le gothique en proposant un troisième principe d'appréciation esthétique, Le Pittoresque.

Est pittoresque toute scène qu'il est possible de contempler en la plaçant dans un cadre imaginaire ou susceptible d'être illustrée en peinture.

1
Le but des excursions sera de rechercher ces scènes naturelles et de les regarder selon les règles de la composition d'un tableau.

Les ruines des abbayes et de châteaux médiévaux découverts dans un paysage sont naturellement pittoresques.

Tours démolies, arches gothiques ruines de châteaux abbayes sont de précieux héritages de l'art. Elles sont consacrées par le temps et méritent presque la vénération que nous portons aux ouvrages de la nature.

 

Lire la suite...

Le roman gothique anglais 1 : Naissance du roman gothique anglais

  Le roman gothique a fait l'objet de nombreuses recherches. La réflexion que nous proposons ici s'appuie essentiellement sur le remarquable ouvrage de Maurice Levy, Le roman gothique anglais (1764-1824), publié chez Albin MIchel, dans la collection La Bibliothèque de l'Evolution de l'Humanité.  
  Roman noir, roman gothique, roman terrifiant, roman frénétique.

Voici des termes à peu près équivalents pour désigner un genre littéraire qui naquit en Angleterre dans la seconde moitié du XVIII siècle et dont la vogue incroyable gagna la France dans un espace de temps relativement bref.

Pourquoi gothique ? Pourquoi cet adjectif emprunté au registre de l'architecture en vint à désigner une catégorie romanesque?

Le terme gothique ne doit pas être pris à la lettre. Il eut été absurde de penser que cette architecture médiévale pouvait être un héritage des Goths. Les Ghots sont un peuple germanqique dont les deux branches sont les Ostrogoths et les Wisigoths. Ils envahirent l'Empire romain en 410, fondèrent leurs propres royaumes avant de s'effondrer, entre 553 et 710.

Pourtant, ces mots architecture gothique, bien qu'impropres, ont été consacrés par l'usage. On appela gothique les édifices religieux, églises, cathédrales, monastères, couvents, forteresses médiévales.

Comment cet adjectif en vint-il à désigner le rêve angoissant auquel s'abandonna l'âme anglaise pendant plus de deux générations ?

 

Lire la suite...

Le roman gothique 4 - Mathew Lewis : Le Moine 

 

 

Avant dire

La fantastique de Walpole et d'A. Radcliff avait pris la forme du gothique qu'un imprévisible engouement avait mis à la mode. Mais dans les dix dernières années du siècle, la découverte d'une nouvelle littérature allemande allait offrir aux écrivains anglais d'autres matériaux puisés dans les légendes et les contes populaires allemands dont le folklore était peuplé d'êtres surnaturels, de génies, de démons. Peut-être parce qu'autrefois les peuples germains vivaient au sein d'une nature hostile au climat rigoureux.

 

Ce folklore national avait été remis à l'honneur par le Sturm-und Drang, mouvement littéraire qui fut un renouveau de l'inspiration poétique.

 

Lire la suite...

Tous les textes sont la propriété exclusive de ©Jaqueline Mathilde Baldran Conception & réalisation : Olivier Bernacchi/artoonum.com - 2015