Une vie dans le siècle

 

Avant dire 

Le romantisme est un mouvement littéraire qui s'affirma en s'opposant au classicisme, mais il faudrait retrouver le poids qu'il eut à son origine, son importance dans l'histoire de la sensibilité.

Quant à l'adjectif romantique qui s'est plus au moins confondu  avec romanesque, il est souvent  entaché d'une  sentimentalité fade. On est romantique avec une nuance d'indulgente condescendance.
Galvaudé, il devient parfois un argument de vente, une chemise de nuit romantique.

Or être romantique vers 1825, 1830, c'était s'ouvrir à une autre vie, être flamboyant, être jeune.

 

On ne lit plus guère Théophile Gautier et c’est bien dommage.On se souvient peut-être du gilet rouge qu’il portait lors de la Première d’Hernani. Il était alors le jeune admirateur de Victor Hugo. Il n’avait pas 20 ans.

Quand, des années plus tard, Maxime du Camp lui dira : Tu as été célèbre très jeune, il répondra : Oui, très jeune, à cause de mon gilet.

 

1
A la fin de sa vie, il reviendra sur cette célébrité de scandale, convaincu que lorsque son œuvre toute entière sera tombée dans l’oubli on se rappellera encore ses longs cheveux et son gilet.


Que sait-on de lui aujourd’hui ?

Qu’il est l’auteur du Capitaine Fracasse, du Roman de la momie, deux ouvrages qui firent longtemps partie des livres offerts aux bons élèves lors de la distribution des prix ?
On ne connaît plus guère ses poèmes même si quelques uns figurent encore dans certains manuels scolaires.

 

Lire la suite...

Œuvres romanesques

 

Impossible d'analyser toute l'œuvre de Gautier. Il s'agit seulement d'ouvrir quelques pistes de lecture dans une œuvre romanesque dont la cohérence apparaît à l'évidence avec le recul du temps.

On a beaucoup parlé de lui comme du bon Théo. Il était la bonté même, la générosité, un joyeux vivant qui aimait les femmes, les bons repas, la vie.

Jamais il ne s'est épanché mais à travers tous ses récits, il ne cesse de se raconter, de se révéler, de dire ses secrets, ses fantasmes. Ses multiples contes, tout comme son premier roman, Mlle de Maupin nous disent ses obsessions fondamentales.

Mis à part Mlle de Maupin et Le Capitaine Fracasse, l'essentiel de son oeuvre en prose  s'inscrit dans le registre du fantastique. Un fantastique parfois proche de Poe ou de Hoffmann qui joue de toutes les ressources propres à ce genre et toujours avec une légère dérision, un humour avec lequel il semble s'amuser à révéler le dessous des cartes remettant de même coup en question son propre récit.

Et l'on est frappé par la présence obsédante de deux thèmes celui du double et celui de la mort. 

 

Lire la suite...

Tous les textes sont la propriété exclusive de ©Jaqueline Mathilde Baldran Conception & réalisation : Olivier Bernacchi/artoonum.com - 2015